VOYAGE DU CLUB

Voyage à Celle, octobre 2004

Carnet de route d'une " petite nouvelle "

Ce voyage, nous l'attendions depuis des semaines…
Nous voici, enfin, au petit matin du 6 octobre, ravies de nous retrouver, et pour nous, " les nouvelles de l'année ", ce sera l'occasion de faire plus ample connaissance.

   


Nous démarrons sous la pluie que nous laisserons au Luxembourg pour être accompagnées tout au long de notre séjour par un soleil radieux qui ne fera pas mentir le proverbe allemand : " lorsque les anges voyagent, le soleil les accompagne " (Wenn die Engels reisen, scheint die sonne). Passé le Luxembourg, nous traversons des campagnes verdoyantes, des forêts de sapins et arrivons à OBERHUNDEM, première étape. Sympathique village aux maisons d'une architecture bien particulière : pignons sur rue, murs blancs à colombages, toits d'ardoises, le tout niché dans la verdure et les fleurs.

Et là, que découvrons-nous ? à l'ombre de l'église, l'ancienne ferme-presbytère, transformée en musée de la broderie. Visite guidée par une charmante hôtesse francophone. Bien entendu, nous faisons provisions de kits, toiles, cotons de toutes les couleurs et autres accessoires. Posons ensuite nos valises dans un petit hôtel très " cosy " où la charmante Aphrodite (ça ne s'invente pas!) nous sert notre collation du soir

Et le lendemain, après de chaleureux adieux, au moment de la séance photo, un pot de géraniums s'est traîtreusement mis en travers d'Edith - chute - pas trop de bobo. Nous reprenons la route, toujours à travers des paysages très bucoliques : la bonne humeur est au rendez-vous. Les plus courageuses tirent l'aiguille ou…. tricotent. D'autres bouquinent ou rêvassent. Certaines encore se dégourdissent les jambes, chahutent avec les copines et atterrissent sous le tableau de bord ! Bonbons, chocolat, gâteaux circulent. Gare à la ligne. Yves a beaucoup de mal à maîtriser " les p'tits monstres " (selon son expression).

Et nous voici arrivées au but suprême de notre voyage : CELLE. Quelle belle ville !
A 14 heures pétantes nous sommes accueillies au musée par une sympathique dame germano-franco-américaine. Nous ne savons plus où donner les yeux ; sommes scotchées aux explications, inondons de questions et nous imprégnons de toutes ces merveilles. Pour ma part, je suis en extase devant les créations " au point de reprise ". Y arriverai-je un jour ? Nous quittons à regret tous ces chefs d'œuvre pour visiter cette belle ville.
Les émotions creusent c'est bien connu et nous voici au " Ratzkeller ". Si l'édifice est magnifique, la table l'est moins. Après un insipide bouillon, nous découvrons un étrange ragoût d'agneau, celui-ci étant plutôt apparenté au bœuf bourguignon. Le dessert tremblotant dans notre assiette a fini de nous surprendre. Mais , comme toujours, l'humour l'emporte sur le désappointement.

Après une nuit réparatrice, nous voici enfin prêtes pour faire les boutiques, en particulier la déco. Dans l'une d'entre elles, des cocottes en céramique nous ont fait craquer. Hélas l'un d'elles a fini ses jours sur l'asphalte, victime de la part de Viviane d'une infraction au code de la route . Traverser au rouge ne pardonne pas !

 

Yves ayant rassemblé ses poulettes, nous voici en partance pour Cologne mais une surprise de taille nous attend en cours de route . Nous faisons une halte à ESSEN qui, tout en étant le centre de la sidérurgie, abrite également une sublime boutique… sans parler de l'accueil ! Ici, il y a profusion de toiles, bandes, modèles divers et variés et autres petits cœurs ou sujets en bois, sans parler du coin " salon de thé "… nos euros s'envolent, c'est carrément la razzia.
COLOGNE nous accueille fatiguées mais tellement heureuses.
Samedi matin nous ouvrons nos mirettes sur le Rhin et le soleil qui nous fait toujours l'honneur d'égayer nos journées. Visite de la ville, de la cathédrale et de la Glockenpasse et du fameux 4711.

Et puis, il faut bien rentrer. Des maris attendent le retour de leurs pénélopes. Même si le trajet jusqu'au bus nous a paru un peu long, c'était néanmoins chouette le long du Rhin.
Yves fait le compte des " p'tits monstres " et c'est le retour. Comme au départ, le Luxembourg nous accueille avec la pluie, pas étonnant si la campagne est verte. L'apothéose c'est un méga orage à Langres.

21 h 30 : DIJON, la tête pleine de belles images, nous nous quittons et je terminerai ce carnet de route par les paroles de la chanson :

" Nous avons fait un beau voyage "

Rosemarie

 

Contact
© Point de Croix Bourguignon. Décembre 2001
L' utilisation des ouvrages originaux à des fins commerciales est strictement interdite